thumb 18001 Visite à Oñate

     Une récente sortie des Amis d’Arnaga avait eu pour destination Oñati et son admirable université de la Renaissance. L’occasion de s’attarder sur la personnalité de l’artiste, auteur de cette merveille architecturale.
Au milieu du XVIème siècle, comme beaucoup de nombreux artisans et artistes originaires des régions les plus septentrionales de la France – attirés par les richesses des ports et des foires espagnoles fuyant les guerres incessantes, le sculpteur Pierre Picart (1509-1588) natif de Picardie, fut sollicité pour  s’installer en Castille, puis au Pays Basque, au Nord de l’Espagne.
     De son vrai nom Pierre Durand et natif de la ville de Péronne dans le Vermandois (près d’Amiens), il avait adopté le surnom de Picart en référence à sa région d’origine, la Picardie,  qui était liée à la Flandre dépendant de la couronne d’Espagne et théâtre de batailles entre les armées des rois de France et celles des souverains espagnols de la dynastie Habsbourg.
     Parallèlement aux raisons de cet exode, les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle entraînaient de nombreux pèlerins jusqu’aux terres de Castille, suscitant une activité artistique où la présence française fut incontestable. Au XVIe siècle, plusieurs sculpteurs français œuvraient ainsi dans des villes situées sur la route de Compostelle. De plus, dans les territoires hispaniques, la concurrence n’y était pas si forte, étant donné qu’il y avait là moins de sculpteurs, davantage de commandes… Et des salaires plus élevés !
    En Castille, tout en enseignant les techniques françaises à ses apprentis espagnols, Pierre Picart suivit une formation dans l'atelier du sculpteur bourguignon Felipe Bigarny à Burgos (1533 et 1536) afin de perfectionner son style. Parmi les sculpteurs français de talent qui avaient également quitté leur pays natal, on peut citer Gabriel Joly et Fray Juan de Beauvais…
    Peu de temps après la mort de Felipe Bigarny en 1542, Pierre Picart préféra déménager à Valladolid où il connaissait les sculpteurs Juan de Juni et le remarquable Francisco Bourguignonne, si compétent dans l'art roman.
    En 1545, dans la province du Gipuzkoa, Pierre Picart fut engagé par l’évêque de Valladolid Rodrigo Mercado de Zuazola pour sculpter les pilastres ornés de statues, les cariatides et bas-reliefs de la façade de l'Université d’Oñati, ainsi que la réalisation du remarquable retable en bois doré baroque du XVIème de la chapelle située à l’entrée du bâtiment. Considéré comme le trésor de l'architecture de la Renaissance, deux ailes furent ajoutées au corps central du bâtiment au XVIIème.
    Très remarqué pour ses talents artistiques, les commandes affluèrent à Oñati où le sculpteur Pierre Picart avait épousé Catalina de Elorduy et installé son atelier avant de le transférer vers 1570 à Agurain – Salvatierra dans la province d’Alava d’où il œuvra pour les églises d’Albéniz, Alsasua, Estella, Zalduondo et bien d’autres. Entre 1570 et 1574, il exécuta également le grand retable du monastère de Santiago à Pampelune et sculpta même l’écu de Saint-Sébastien sur plusieurs portes d’entrées dans la ville guipuzcoane, ainsi que le « Christ de la Paix » dans la cathédrale donostiar Santa Maria.
Comme sortie des songes de l’histoire de l’art français, la mémoire de l’artiste Pierre Picart, l’un des grands spécialistes de la sculpture du Pays Basque, resurgit lors de visites Outre-Bidassoa.
     Université Oñati en Gipuzkoa, ouverte de 9h à 14h - Visites de l'Université sur rendez-vous - tél (00-34) 943 78 34 53.

Anne de La Cerda